Archives du mot-clé La vidéo

Un système d’aquaponie extérieure, possible ou pas?

Nous voilà (enfin!) à la sortie de l’hiver ici en Europe! Cela fait toujours du bien… 🙂

J’en profite alors pour répondre à une question que je reçois souvent…

Est-ce possible de faire de l’aquaponie à l’extérieur?

Bon, et bien, c’est difficile de répondre totalement par OUI ou NON, car cela dépend de votre climat.

Je partage avec vous mes réflexions dans cette vidéo, et mon expérience là où je suis:

(Désolé pour le son, je n’ai pas pu couper le petit flux d’eau proche de la caméra et je n’avais pas de micro ce jour-là!)

aquaponie-exterieurDonc, pour moi, situé dans les zones les plus froides et les plus humides de Belgique, non, définitivement, je ne cultiverai plus à l’extérieur…

Ou alors seulement en été, et stopper les cultures extérieures en hiver.

Ou alors, comme j’en parle dans la vidéo, une combinaison « bassin extérieur pour les poissons – Serre pour le reste« …

Il faut essayer… Pour ceux qui sont tentés par l’expérience d’un étang ou bassin extérieur aquaponique, manifestez-vous, pour y réfléchir ensemble et nous envoyer vos idées…

Dans des climats plus cléments, ou le gel n’existe pas, alors oui, mais peut-être faudra-t-il aussi abriter les cultures…des vents, et des pluies, pour que ce soit encore plus productif.

Profitez des commentaires pour discuter… 🙂 Qu’en pensez-vous?

Elever des poissons dans un étang (grâce aux algues?)

Elever des poissons dans un étang est possible, et vous ajouterez encore plus de productions et d’efficacité avec de l’aquaponie…

L’efficacité ultime de l’aquaculture ou de l’aquaponie, c’est quand on ne doit plus acheter ni même produire de la nourriture pour nourrir ses poissons!

Avec certains poissons herbivores, c’est possible, comme certains tilapias, ou certaines carpes. Donc, oui, élever des poissons grâce aux algues dans un étang, c’est possible!

Geoff Lawton, un permaculteur australien, a déjà montré un exemple d’étang (du type piscine naturelle) avec des filtres aquaponiques et où les poissons sont principalement nourris avec les algues (mais aussi avec d’autres compléments de nourriture),

Dans ce genre d’étang, dans certaines parties de l’étang, on pourrait même stimuler la production d’algues … Là où il y a des algues, il y a aussi du zooplancton. Vous avez donc là tout ce qu’il faut pour déjà nourrir une petite flopée de petits poissons.

En plus,  la boue qui est accumulée au fond de l’étang (anaérobique), peut être ré-utilisée en l’épandant sur le sol du jardin pour servir de fertilisant naturel, pour produire de la nourriture saine.

L’ajout d’étangs et de mares dans votre jardin peut apporter de nombreux avantages et sous-produits intéressants, à nous de les (re-)découvrir!

Et l’idée de pouvoir nager dans un étang propre, ou une piscine naturelle, nettoyés par les poissons, cela me plaît beaucoup! Pas vous? 🙂

Un étang extérieur aquaponique, est-ce possible?

C’est une question qui nous est souvent posée, et oui c’est possible…mais cela dépend du climat!

crapaud dans un etang d'aquaponieDans cette vidéo ci-dessus, les cultures aquaponiques connectées à l’étang ne sont pas protégées car cet exemple  est filmé en Australie.

Ici, en Belgique, d’après mes expériences extérieures d’aquaponie (dans le jardin sans protections), ce n’est pas vraiment intéressant, à moins d’avoir les cultures et les bactéries (substrat et filtres) à l’abri du gel, dans une serre (bioclimatique idéalement!).

Il faut savoir que les bactéries n’aiment pas le froid, et disparaissent si les conditions ne sont pas bonnes. L’action filtrante du substrat risque alors d’être fortement compromise!

Si, en hiver, toutes les bactéries sont mortes à cause du gel, il n’y aura plus de filtration, ou très peu. Si vous n’avez pas beaucoup de poissons, cela peut passer, mais si votre étang est bien peuplé de poissons carnivores voraces (ex: truites) qui produisent des déchets tous les jours, vous risquez quelques complications…

Et la majorité des plantes dans le substrat seront mortes également, car lorsque le

L'aquaponie en hiver sous la neige
Sous la neige, le système tourne toujours mais le substrat et les plantes ne filtrent plus beaucoup, voire plus du tout!

substrat gèle, tout gèle, la plante survit moins bien qu’en pleine terre en période de gel, même la mâche, ou la salade frisée d’hiver. Seuls les poireaux ont résisté ici cet hiver dans mes cultures aquaponique extérieures!

Peut-être que dans le Sud de la France, cela pourrait être possible sans protections, quoique, l’hiver, même au Sud, reste frais et la serre pourrait s’avérer utile, au moins pour la période de l’automne, hiver et printmps.

Mais rien ne vous interdit de d’abord expérimenter dans votre étang déjà existant, en ajoutant à vos filtres actuels (si vous en aviez déjà), un ou plusieurs bacs de cultures aquaponiques, cela fonctionnera très bien en été… et si l’ajout d’une serre s’avère quand même nécessaire chez vous, il sera toujours temps de l’envisager plus tard, à proximité de l’étang…

Voici une  vidéo en anglais, désolé pour ceux qui ne le parlent pas, mais elle est intéressante…

La première personne interviewée à propos de son étang aquaponique nous donne quelques infos pratiques bien utiles…

Il a simplement connecté un bac de culture (ici avec des tuiles en argile recyclées et concassées comme substrat) à un étang…

Le système d’alimentation électrique pour la pompe à eau et la pompe à air sont reliés à une série de batteries qui sont rechargées par des panneaux solaires… Grâce à cela, le système tourne 7j/7 24h/24 gratuitement. Pendant la nuit, il stoppe la pompe un peu plus souvent qu’en journée, pour économiser la charge électrique des batteries.

Entre autres nourritures, il donne des vers de terre provenant de sa lombriculture…Cela ne lui coûte donc presque rien, et en retour, il a de très beaux légumes gratuits et de qualité BIO et de temps en temps quelques poissons!

On peut voir qu’ils placent des grilles métalliques au-dessus des étangs, probablement pour protéger les poissons d’être pêchés par des oiseaux de passage. 🙂

On peut donc simplement ajouter un peu d’aquaponie à n’importe quel étang, cela vous apportera une meilleure filtration grâce aux bactéries et aux plantes.

Et si vous n’avez pas encore d’étang, alors voici encore un excellent prétexte ou un argument de plus pour vous motiver, vous et vos convives, à en construire un bientôt.

 

Une question ou un commentaire? dites-le ci-dessous!

Comment transformer un aquarium en aquaponie

Voici une vidéo pour vous montrer comment transformer un aquarium en aquaponie en y ajoutant un petit lit de culture aquaponique comme filtre…

 

Transformer un aquarium en aquaponie c’est facile et plutôt rapide. En 10 minutes, c’est fait!

Si vous cherchez un joint Uniseal comme utilisé dans la vidéo, vous en trouverez ici.

Tous les aquariums sont habituellement équipés d’un filtre, colonisé de bactéries qui jouent leur rôle de transformation de déchets…

Avec un aquarium équipé d’un filtre « normal », il faut quand même changer l’eau toutes les semaines (ou un peu plus) pour que l’eau reste propre et viable pour les poissons. C’est normal, aucune plante ne vient consommer les nitrates qui s’accumulent au fil du temps…

Pourquoi ne pas se faciliter la tâche en transformant votre aquarium avec l’aquaponie et en même temps faire pousser quelques jolies plantes d’intérieur ou même des légumes qui nettoieront l’eau de l’aquarium!

Adapter un aquarium à un système aquaponique, cela ne changera pas grand chose à la vie de votre aquarium et de vos poissons mais cela vous simplifiera légèrement l’entretien de votre aquarium.

Les mêmes règles de base s’appliquent pour l’entretien d’un aquarium « normal » que pour un système d’aquaponie.

Je dois cependant mettre en garde les débutants qui voudraient se lancer dans un tel Comment transformer un aquarium en aquaponieprojet. Ce n’est pas simple du premier coup pour le néophyte.

C’est beaucoup plus simple et plus sûr de commencer vos premières expériences avec des plus gros volumes d’eau (au minimum 200L aqvoire plus pour plus de stabilité!).

Et c’est plus facile de transformer un aquarium en aquaponie lorsqu’il est déjà en fonctionnement et équilibré depuis un petit bout de temps plutôt que de démarrer un tout nouvel aquarium avec l’aquaponie, surtout avec de petits volumes d’eau comme expliqué dans cet article à propos de l‘aquaponie en petits formats.

Un petit aquarium aquaponique comme celui-ci est, je vous l’accorde, vraiment très joli et cela permet d’avoir un exemple miniature d’un système d’aquaponie, excellent pour les enfants, petits et grands, puisqu’on peut vraiment bien observer les poissons…

Mais c’est délicat à entretenir…à moins d’envisager un grand aquarium aquaponique, si vous avez la place et le budget!

Il existe certainement d’autres manières de transformer un aquarium avec l’aquaponie

On pourrait aussi créer une version encore plus simple… La méthode « Mini Table à marée« 

Il suffit alors de faire flotter une mousse (ou polystyrène) sur l’eau. Cette mousse aura idéalement la même taille que l’ouverture de l’aquarium, légèrement plus petite pour faciliter les déplacements de la mousse.

Faire des petits trous pour y placer des pots percés (utilisés en hydroponie), ajoutez-y un peu de substrat (argex, perlite, petit gravier…) dedans pour supporter les plantes…puis semer ou planter. Les racines se développeront dans l’eau.

Pour info, l’idéal est de protéger la zone des racines de la lumière et pour un fonctionnement optimal d’un tel système, un bon oxygénateur…

Mais cet exemple d’aquarium « Mini Table à marée » dont je parle sera peut-être l’objet d’une autre vidéo, surtout si cela intéresse quelqu’un parmi vous, alors si OUI, faites-le moi savoir! 😉

Et si vous aussi, vous venez de transformer votre aquarium en aquaponie suite à cet article, envoyez-nous vos photos et vidéos!

Une question? Un commentaire? Partagez-le ci-dessous.

Mise à jour d’un système aquaponique simple après un an!

Mise à jour de ce système aquaponique simple après un an de fonctionnement ininterrompu!

Constat: c’est toujours aussi génial!

Je me réjouis de pouvoir créer des systèmes toujours plus grands avec l’aquaponie car une fois qu’on maîtrise bien l’entretien d’un système, tout de suite, les idées fusent pour devenir encore plus productif! Hélas, tout ne se fait pas toujours en un jour. 🙂

Comme vous le verrez dans la vidéo, j’ai gardé un poisson tout seul dans la serre pour voir ce que cela donnait. Il avait une petite tâche bizarre sur la peau, je l’ai traité naturellement et laissé seul pour qu’il se repose un peu, et ça a bien fonctionné, il guérit!
Et en le nourrissant bien, il est suffisant pour nourrir d’engrais les plantes dans ces petits bacs de culture semble-t-il!

Chenille dans un système aquaponique
Chenille dans un système aquaponique

Les autres grosses truites sont sorties dans le système extérieur pour passer l’été!

Je vous parle aussi de ma mésaventure avec la chenille sur mon pakchoï, qui était magnifique avant son passage. 😉 Je l’ai attrapée hier matin!

Au fond du bassin du poisson, vous verrez certainement une petite pellicule de crasses, cela veut dire qu’il est temps de passer un petit coup de brosse pour nettoyer tout ça, cela fait partie de l’entretien hebdomadaire et je ne l’ai pas fait avant la vidéo! Comme ça, vous le savez!

A bientôt pour d’autres nouvelles…

Introduction à l’Aquaculture 3: Les Poissons

Cette vidéo est la suite de mon introduction à l’aquaculture avec la permaculture.

Tableau-poissons-aquacultureVous pouvez retrouver la première partie d’introduction ici, et la deuxième à propos de la faune et la flore ici.

Vous pouvez cliquer sur l’image ci-contre pour l’agrandir.

 

 

 

Les poissons en aquaculture

Les poissons d’eau douce sont les plus couramment utilisés dans dans ces systèmes naturels.

En comparaison avec l’aquaponie, un plan d’aquaculture naturelle pourra héberger de plus gros poissons mais en moins grand nombre, et aussi plusieurs espèces pourront cohabiter.

Un étang naturel tel que j’en parle ici sera bien entendu beaucoup moins artificiel qu’un système aquaponique, et l’équilibre à atteindre le plus naturellement possible sera forcément encore plus fin et complexe.

L’aquaponie, plus artificielle, certes, sera toujours beaucoup plus simple d’entretien qu’un étang « naturel » où l’équilibre est et devra être maintenu pour et par les différentes plantes et multiples animaux, êtres vivants et micro-organismes qui y vivent.

Mise en garde pour vos projets d’aquaculture

Comme je le souligne dans la vidéo, un projet d’aquaculture devra être bien réfléchi, cela ne s’improvise pas.

L’aquaculture ne s’improvise pas.

L’idéal est aussi alors d’intégrer ce projet dans un « design » de permaculture, pour bien étudier le projet avant de vous lancer dans de grands travaux longs et coûteux.

Un « design » permaculturel, c’est comme un « dessin », ou un « dessein », sur le plan du lieu.

Un « design » de permaculture, c’est une étape indispensable pour préparer au mieux un projet de vie, pour que tous les habitants de ce lieu puissent vivre en harmonie ensemble avec la nature, tout en comblant leurs besoins avec les ressources et les productions du lieu.

Pas de déchets. Peu ou pas d’intrants. Une optimisation énergétique maximale, c’est possible mais ça se prépare!

Le « design« , c’est tout simplement le plan d’action pour la conception d’une abondance naturelle qui peut être mise en place dans tous les climats.

Un design judicieusement préparé va permettre d’augmenter le nombre de connexions et d’interactions entre tous les éléments du lieu pour un maximum d’efficacité et de fertilité.

Si vous ne connaissez pas encore cette technique du « design« , qui est le coeur d’action de la permaculture, il est temps de vous y intéresser. C’est le chemin le plus court pour atteindre vos buts.

Si vous voulez que votre design soit parfaitement adapté, l’idéal sera un design réfléchi et étudié avec ceux qui vont y vivre.

Donc l’idéal est donc de déjà commencer à vous former en suivant une formation de design global en permaculture…puis vous pourrez correctement réfléchir à votre projet avec ces nouvelles connaissances, mais vous devrez aussi demander conseil à d’autres plus expérimentés avant de passer à l’action.

Ceci étant dit, je dois encore ajouter une dernière info importante.

J’ai créé cette série à propos de l’aquaculture pour vous donner une vision plus large des potentialités avec l’eau, l’élevage de poissons et les productions végétales adaptées.

Je vous transmets ici une information à propos d’aquaculture plus vaste qui m’a été transmise mais que je n’ai pas encore pu expérimenter moi-même, mais c’est un sujet tellement passionnant que je suis certain que ce sujet plaira à de nombreuses personnes. Et plus nombreux nous serons à y réfléchir et à expérimenter, mieux ce sera. 😉

Si vous êtes intéressé(e), vous devrez encore creuser un peu plus tout cela par vous-même mais restons en contact via la newsletter car j’aimerais bien encore continuer de partager d’autres informations complémentaires plus tard…

Mais que ce soit pour l’emplacement de l’étang, sa construction (terrassements, digues, etc), et pour créer et maintenir un équilibre naturel, il y a encore beaucoup à apprendre et de nombreux sujets à réfléchir avant de se lancer!

Moi-même, j’ai un projet d’étang, mais il est préférable d’être patient pour ne pas faire de grosses erreurs difficiles ou coûteuses à corriger! Je prépare donc cela longuement à l’avance…

Déposez vos commentaires ou questions ci-dessous svp!

 

Deuxième exemple concret d’une installation aquaponique

Installation d’un système aquaponique extérieur.
Afin de mettre en place rapidement mon premier système, et ne pas devoir attendre une serre ou autre bâtiment, j’ai opté pour cette configuration extérieure de 2,4m² de surface cultivable pour un bassin de max. 800l partiellement enfoui.

Bacs

DSC02129Classiquement deux cuves IBC de 1000l, soit des conteneurs en polyéthylène sur palette avec structure en acier galvanisé.

La partie inférieure des bacs et de leur structure a été coupée à +/- 25cm de haut pour accueillir la culture. Après coup, je me rends compte qu’idéalement +/-35cm de haut auraient été mieux.

Le robinet intégré est utilisé comme évacuation de l’eau. Le reste d’un des deux bacs retourné et le reste d’une structure en acier fait le bassin des poissons.

L’autre bac sert de réserve d’eau en attendant mais devrait être intégré également.

Structure

DSC02106Sur ce terrain en pente, une partie du bac à été enfoui, la partie extérieure est isolée et finie avec un bardage en planche de palette.

Une structure en bois est construite au-dessus pour les bacs de culture. Des parties de palette font également la finition.

Les bacs doivent être abrités de la lumière pour éviter la formation d’algues et idéalement isolés.

DSC02129

DSC02129

Substrat

Des billes d’argile expansé « 8/16 » (type argex), un peu moins de 200l par bac.

La couche s’arrête à 2 ou 3cm en dessous du dessus du bac qu’elles ne sortent pas pendant la manipulation des billes ou des plantes.

Ces billes poreuses constituent un excellent bio filtre. Elles procurent une eau limpide et un milieu adéquat pour les bactéries indispensables! Les plantes s’y sentent bien et leurs racines y prolifèrent!

Pompe

Une pompe économique, consommation 30w, débit +/-4500l/h, hauteur de refoulement de maximum 2,4m.

Une partie du flux est en retour direct dans le bassin pour oxygéner l’eau et limiter une partie du débit pour qu’il soit ajusté au fonctionnement des siphons des bacs de culture.

Un filtre est placé à la sortie de l’alimentation en eau des bacs de culture pour récupérer les résidus solides provenant du bac.

Ici la pompe que j’utilise, c’est le même modèle que nous utilisons sur un système NCUP2 c’est à dire avec un système avec un Niveau d’eau Constant pour les poissons, Une seule Pompe, un réservoir et entre 2 et 4 bacs de culture ou des tours verticales.

Siphon

Des siphons en U renversés, fixés sur les robinets des bacs, avec un retour direct dans le bac des poissons. Un filtre est placé afin de récupérer les résidus solides des bacs de culture. Ce système est très simple et rapide à mettre en place. S’il s’avère efficace durablement, on réalisera une fiche didactique à ce sujet.

Plantes

DSC03197
Des fraisiers, diverses salades, aromates tel que sarriette, sauge, aneth. Egalement des essais de bouture de houblon, feuillus ou de fruitiers. Des semis de radis, choux, salades, ciboulette, basilique, cresson, maïs, haricot, cresson, …

Cycle de l’azote

Le système à été mis en route avec le substrat et les plantes début avril 2014. De l’ammoniaque avait été introduite dans l’eau du bac un mois plus tôt durant la construction de la structure.

J’ai utilisé un kit de test avec des gouttes, c’est fiable et ça mesure précisément les paramètres importants à surveiller: pH, ammoniaque, nitrites et nitrates.

La première semaine, le Ph de départ est de 8.1,
l’ammoniaque à +8.0ppm, les Nitrites à 0.25ppm, les Nitrates à 0ppm.
L’ammoniaque est fort présente, les nitrites apparaissent.

La deuxième semaine, le Ph est à 8.2,
l’ammoniaque à 8.0ppm, les Nitrites à 2.00ppm, les Nitrates à 0ppm
Les nitrites se développent.

WP_20140419_003La troisième semaine, le Ph est à 8.1,
l’ammoniaque à 8.0ppm, les Nitrites à 5.00ppm, les Nitrates à 10ppm
Les nitrites sont là, les nitrates apparaissent.

 

WP_20140427_001La quatrième semaine, le Ph est à 8.0,
l’ammoniaque à 4.0ppm, les Nitrites à 5.0ppm, les Nitrates à 80ppm
L’ammoniaque est transformé, les nitrates se développent.

 

La cinquième semaine, le Ph est à 6.1,
l’ammoniaque à 2.0ppm, les Nitrites à 0.25ppm, les Nitrates à 160ppm
L’ammoniaque diminue, les nitrites diminues également par la transformation en nitrates qui augmentent, le cycles est installé.

Par la suite j’ai également analysé la dureté de l’eau avec un test KH. C’est un paramètre important, entre autre pour éviter des fluctuations de pH.

Poissons

omble saumon de fontaine truite mouchetéeDes Ombles de Fontaine, également appelées Saumon de Fontaine ou Truite Mouchetée ont pris place dans l’installation. C’est un poissons bien adapté à nos conditions climatiques et  que l’on trouve facilement dans les élevages de la région. Son intérêt gustatif est légèrement supérieur à celui des truites. C’est un poisson carnassier. Je les nourris de temps en temps avec des vers de terre, des sauterelles, des petites limasses, etc. Mais la plupart du temps, je leur donne matin et soir des granulés de nourriture bio pour poissons. C’est facile à tout point de vue et je contrôle facilement les quantités: certains jours ils ont un peu moins d’appétit. Pour assurer l’oxygénation, je leur ai placé une petite pompe de 200L d’air par heure.

Vidéo de l’installation aquaponique

Vidéo de mon système commentée par Eric:

Veuillez patienter quelques secondes
(selon la vitesse de votre connexion internet)
pour le déclenchement de la vidéo.

Mise à jour d’un système aquaponique simple après 10 mois

Je refais encore un petit tour du système aquaponique expérimental dans ma serre (non-isolée), celui que je filme depuis ses débuts l’année dernière.

Depuis que le soleil est revenu, cela pousse vite dans la serre, mais encore plus vite avec l’aquaponie!

 

Je n’ai pas pensé à filmer les truites mais elles vont toujours bien, je vous rassure. 🙂 Elles sont toujours peu nombreuses, parce que j’attends un peu qu’un autre système à l’extérieur soit cyclé pour pouvoir les y transférer.

Quand cela sera fait, on m’a proposé d’aller chercher des poissons dans un mini-étang de jardin qui grouille d’alevins, koïs, poissons rouges, carassins, etc… J’irai donc en chercher un seau bientôt pour mettre dans la serre pour l’été.

Les végétaux aquaponiques

Je me suis concentré sur les plantes dans cette vidéo…
C’est vrai que la pousse des salades est impressionnante.

Et leur goût impeccable!
Oui, oui, je le répète, les légumes aquaponiques sont « normaux », ils ne goûtent pas les excréments de poissons et ils nous offrent bien leur goût original.

Depuis que ce système aquaponique est lancé, j’ai déjà récolté:

  • Des salades au bon goût de salade.
  • Des haricots nains bien grands et croquants
  • De la ciboulette bien piquante
  • Du basilic délicieusement parfumé
  • Du céléri rave avec un goût typique de…céléri rave! 🙂
  • Des poireaux tout à fait délicieux
  • un peu de salade de blé (pas très bien réussi, à ré-essayer)

Mais il y a eu des ratés aussi… 🙂

J’ai aussi essayé des choux raves et les rutabagas (racines) mais cela n’a pas bien fonctionné… Normalement, l’aquaponie n’est pas prévue pour les racines, mais mes céléris raves n’étaient pas laids, et j’ai vu aussi de beaux résultats avec…des carottes…à tester…

J’ai raté les épinards, mais c’est certainement parce que j’ai remué les billes quand les germes étaient encore fragiles…

Et le plant de tomate que j’avais planté dans le bac de culture en juillet l’année dernière n’a jamais eu le temps de faire mûrir ses tomates avant la saison froide, mais c’était certainement déjà un peu tard, et puis c’est normal, un système aquaponique ne pouvant pas vraiment contenir une assez grande variétés de nutriments pour « créer » des fruits la toute première année.

Fraise d'aquaponie en train de mûrir

Et les premières fraises arrivent!

La plus grosse est déjà en train de mûrir (voir photo ci-contre).

J’en ai d’ailleurs mis beaucoup cette fois-ci, nous adorons tous les fraises ici, surtout celles produites à la maison, avec leur goût unique, quasiment introuvable dans le commerce!

Aquaponie= source d’engrais biologique idéal

Comme j’en parle dans la vidéo, l’eau fertilisée du système aquaponique me sert aussi à arroser toute la serre, et cela fonctionne vraiment très bien.

C’est un complément non négligeable pour jardiner, ultra pratique pour les petits jardins de ville où on ne trouve pas toujours facilement des engrais naturels ou des matières pour nourrir le peu de terre qu’on a, ou pour des mini-jardins en pots, jardinières et bacs de culture en terre!

Certains parlent alors de microponie lorsqu’on commence à intégrer complètement l’aquaponie dans notre mode de production de nourriture saine, avec les lombrics, les poissons, et le jardin.

Cet exemple est donc un système aquaponique simple, la configuration la plus basique.

D’autres configurations plus évoluées (comme expliqué dans cet article à propos des différents systèmes de drainage) sont détaillées lors des leçons données gratuitement au fil des semaines via notre newsletter.

Des questions? Un commentaire? N’hésitez pas!

Ce Qu’il Faut Pour Démarrer Un Système d’Aquaponie

Description d’un système d’aquaponie de base en passant rapidement en revue les principales étapes de la mise en route.

Les débutants commencent souvent comme ceci:

– 1 bassin pour les poissons
1 ou 2 bacs de cultures pour les plantes

Pour savoir exactement comment monter votre premier système, un cours gratuit sur plusieurs semaines peut vous être envoyé  en déposant vos infos ci-dessous:

Où Pouvons-Nous Vous Envoyer Votre Série de Leçons Sur L’Aquaponie Gratuitement?

Vos données resteront confidentielles, vous ne recevrez aucun spam et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Dans ce cours offert gratuitement à nos abonnés, vous y apprendrez par exemple quel est le rapport idéal entre le volume de substrat nécessaire par rapport au volume d’eau dans votre système d’aquaponie…

Dans la vidéo ci-dessus, je vous montre une des configurations les plus simples et les plus efficaces pour commencer, c’est entre autres pour cela
que la plupart des débutants la choisissent pour démarrer.

  • Le bassin de poissons fait office de réservoir.
  • Les poissons font leurs déjections dans l’eau.
  • L’eau est pompée de ce bassin jusqu’au(x) bac(s) de culture.
  • L’eau est directement « filtrée » par le substrat et les bactéries qui s’y trouvent…
  • Les plantes utilisent les nutriments, et l’eau « purifiée » retourne alors dans le bassin des poissons grâce au système de drainage automatique (auto-siphon).

Pour mettre en place un tel système d’aquaponie, vous devrez juste assembler les pièces ensemble:

  • Les bassins et bacs de culture
  • Les tuyaux
  • La pompe
  • Un oxygénateur à bulles
  • Installer le substrat
  • et il ne vous restera plus qu’à planter et laisser s’établir le cycle de l’azote avec ses bactéries…

Plus d’explications à propos de ce cycle de l’azote sur ce site et la newsletter bientôt, ainsi que toutes les infos dont vous avez bien entendu besoin pour savoir comment monter votre premier système efficace!

D’autres configurations seront détaillées également, comme la configuration du système CHOP ou NCUP  expliquée ici.

Mais cette première configuration comme expliquée dans la vidéo, est idéale pour débuter, avec 1, 2, ou 3 bacs de cultures pour faire vos premières expériences, et parfaitement comprendre comment maintenir la magie de cet équilibre aquaponique…

En suivant nos conseils, vous éviterez de nombreuses erreurs de débutants, ce qui risque de vous arriver si vous n’avez pas conscience de tout ce que vous devez savoir pour réussir!
Vous risquez même parfois de grosses pertes, et c’est toujours très triste de voir mourir bêtement ses poissons!

Des infos encore plus précises sont offertes à nos abonnés, n’oubliez pas de nous laisser vos coordonnées si vous êtes intéressé(e).

Ce qu’il faut aussi que vous sachiez pour démarrer un système d’aquaponie…

En attendant que j’aie écrit notre article à propos du cycle de l’azote, voici encore un peu plus d’infos pour les plus pressés d’entre vous, dans cette vidéo, je vous introduis le cycle de l’azote…

La Technique Sans Substrat NFT (Nutrient Film Technique) avec L’aquaponie

Voici un tour rapide dans cette vidéo en anglais d’un système installé avec la technique sans substrat NFT, appelée aussi « à gouttières ».

Un petit tour des différents éléments du bassin de poisson, via les filtres, les plantes, dans le réservoir, et de retour encore et encore…

La technique NFT sans substrat appelé aussi système « à gouttières » peut être intéressante pour différents cas.

Personnellement, je préfère les méthodes avec le substrat, car elles sont plus simples à entretenir, mais parfois, cette technique de tuyaux percés de trous pour y insérer les plantes est la plus adaptée pour plusieurs raisons…

Les avantages de la technique NFT

  •  L’espace utilisable:

Un tel système peut s’installer à peu près n’importe où, pour créer des cultures verticales, contre les murs par exemple, ou dans les espaces réduits…

  • Pour sa légèreté:

Pour les cultures sur les toits par exemple, la technique sans substrat NFT sera souvent la plus appropriée.

  • Pour son aspect:

C’est un design assez moderne qui peut s’intégrer parfaitement dans des maisons, des vérandas, des façades, sans enlaidir complètement le lieu. Cela peut même avoir un look propre et moderne!

Les inconvénients de la technique NFT

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo, avec cette technique à gouttières et l’aquaponie, nous devrons alors insister sur la quantité et la qualité des filtres pour s’assurer de ne pas encrasser les tuyaux, ou du moins le moins possible, ainsi que les racines des plantes qui pourraient s’encrasser et finir par ne plus savoir absorber convenablement les nutriments!

Mais ce n’est pas impossible!
C’est une technique à prendre en compte lors de la planification de vos projets.

On peut associer des bassins avec substrats et des tubes NFT pour combler tous les espaces disponibles verticalement! Cela me donne d’ailleurs encore de nouvelles idées pour maximiser mes espaces…

On ne s’imagine pas la quantité de nourriture qu’on va pouvoir produire avec l’aquaponie dans de tous petits espaces!

Et plus on avance, plus on aperçoit le potentiel gigantesque qu’il y a derrière… à suivre…

D’autres vidéos à propos de la technique NFT ou à gouttières…






Un exemple concret d’aquaponie

DSC01172
Exemple concrèt de réalisation d’un système aquaponique.

Voici la première vidéo que j’ai pu réaliser de mon propre système déjà installé et fonctionnel. Il s’agit d’un prototype, qui a été conçu avec les moyens du bord à cette époque.

Un exemple concret d’aquaponie, comme vous pourriez déjà en commencer chez un chez vous, presque similaire. Vous pouvez même faire mieux, car vous allez profiter de nos expériences, essais et erreurs et grâce à cela, gagner beaucoup de temps et d’efficacité.

Avec l’aide que vous pourrez trouver ici sur Aquaponie-Pratique.com, vous aurez directement une longueur d’avance pour mettre en place votre premier système vraiment productif.

Si vous n’êtes pas encore abonné à notre newsletter, utilisez vite le formulaire d’adhésion sur cette page, vous serez régulièrement tenu au courant de nos nouveaux articles et vidéos.

Les bassins pour l’aquaponie

Dans la vidéo, vous pouvez voir que j’ai utilisé une de ces grandes cuves de 1m³ en polyéthylène (PE) que j’ai coupée en 2 morceaux. Il y a bien entendu d’autres configurations possibles.

Dans ma serre, l’espace est restreint, mais vous pouvez prévoir jusqu’à 3 ou 4 bacs de culture de plantes de 1m² (200-250L) pour chaque bassin de poisson de 1000L.

Au niveau esthétique par exemple aussi, il est possible de faire mieux…

Vous pouvez soit trouver des bassins en polyester armé fibre de verre (assez onéreux), ou des bassins en polyéthylène (PE) avec un look (forme, couleur, …) qui vous plaît (difficile à trouver), ou alors simplement des cuves IBC de 1000L neuves ou d’occasion, mais que vous pouvez alors décorer avec un style de natte de bambous/roseaux pour faire joli, ou encore une petite structure en bois.

La nourriture des poissons en aquaponie

Dans cette vidéo, vous me voyez aussi chasser les insectes et les vers 

Je vous rassure, ce n’est pas obligatoire. Il existe des granulés de qualité que vous pouvez simplement donner aux poissons tous les jours, il est même possible d’automatiser cela.

Et si vous êtes vraiment motivé(e), vous pourrez tout de même leur donner des vers de votre lombricompost, la nourriture vivante est bien entendu l’idéal pour nos poissons, c’est ce qu’ils préfèrent.

Mais vous pouvez aussi choisir des poissons herbivores (tanches, carpes …) qui seront beaucoup plus faciles à nourrir avec ce qui pousse dans votre jardin.

Les poissons en aquaponie

En aquaponie, nous ne pouvons élever que des poissons d’eau douce.

Quand on débute, on peut faire des erreurs. C’est pour cela que je conseille souvent de plutôt commencer par des poissons plus tolérants comme des carpes, ou des poissons rouges par exemple, ou simplement des petits carassins trouvés dans un étang, pourquoi pas.

Ensuite, une fois que vous serez bien rôdé, vous prendrez peut-être des poissons meilleurs à manger, comme dans la vidéo avec des truites.

Il est également possible d’élever des écrevisses. J’en ai une avec les truites. 🙂 Elle se cache en permanence mais la cohabitation est donc possible.

Pour les végétariens, soit vous gardez de magnifiques poissons rouges qui grandiront heureux, soit vous faites de l’élevage de carpes pour échanger avec des passionnés de poissons d’étangs.