Archives du mot-clé Les bacs

Un autre système d’aquaponie d’un de nos membres

Je profite de cet article pour vous montrer une autre vidéo généreusement offerte par un autre de nos membres en ce début de saison!

Voici encore une preuve pour nous que notre formation d’aquaponie accomplit son job comme il se doit, et nous en sommes très fiers!

Il s’agit donc ici d’un système de production aquaponique familial avec un système NCUP2, et dont les bacs de culture sont remplis de substrat (billes d’argile), mais avec deux systèmes différents pour l’évacuation de l’eau, comme décrits dans notre formation en ligne que Philippe a suivie.

Merci encore à toi Philippe pour ce partage. 🙂
Il ne te reste plus qu’à améliorer ce super système,  et surtout produire et commencer à ceuillir! 🙂

Philippe évoque une de ses futures améliorations, le bacopotager, je vous en parle dans un prochain article…

Vous pouvez voir un autre exemple en vidéo apporté par un autre de nos membres ici.

Deuxième exemple concret d’une installation aquaponique

Installation d’un système aquaponique extérieur.
Afin de mettre en place rapidement mon premier système, et ne pas devoir attendre une serre ou autre bâtiment, j’ai opté pour cette configuration extérieure de 2,4m² de surface cultivable pour un bassin de max. 800l partiellement enfoui.

Bacs

DSC02129Classiquement deux cuves IBC de 1000l, soit des conteneurs en polyéthylène sur palette avec structure en acier galvanisé.

La partie inférieure des bacs et de leur structure a été coupée à +/- 25cm de haut pour accueillir la culture. Après coup, je me rends compte qu’idéalement +/-35cm de haut auraient été mieux.

Le robinet intégré est utilisé comme évacuation de l’eau. Le reste d’un des deux bacs retourné et le reste d’une structure en acier fait le bassin des poissons.

L’autre bac sert de réserve d’eau en attendant mais devrait être intégré également.

Structure

DSC02106Sur ce terrain en pente, une partie du bac à été enfoui, la partie extérieure est isolée et finie avec un bardage en planche de palette.

Une structure en bois est construite au-dessus pour les bacs de culture. Des parties de palette font également la finition.

Les bacs doivent être abrités de la lumière pour éviter la formation d’algues et idéalement isolés.

DSC02129

DSC02129

Substrat

Des billes d’argile expansé « 8/16 » (type argex), un peu moins de 200l par bac.

La couche s’arrête à 2 ou 3cm en dessous du dessus du bac qu’elles ne sortent pas pendant la manipulation des billes ou des plantes.

Ces billes poreuses constituent un excellent bio filtre. Elles procurent une eau limpide et un milieu adéquat pour les bactéries indispensables! Les plantes s’y sentent bien et leurs racines y prolifèrent!

Pompe

Une pompe économique, consommation 30w, débit +/-4500l/h, hauteur de refoulement de maximum 2,4m.

Une partie du flux est en retour direct dans le bassin pour oxygéner l’eau et limiter une partie du débit pour qu’il soit ajusté au fonctionnement des siphons des bacs de culture.

Un filtre est placé à la sortie de l’alimentation en eau des bacs de culture pour récupérer les résidus solides provenant du bac.

Ici la pompe que j’utilise, c’est le même modèle que nous utilisons sur un système NCUP2 c’est à dire avec un système avec un Niveau d’eau Constant pour les poissons, Une seule Pompe, un réservoir et entre 2 et 4 bacs de culture ou des tours verticales.

Siphon

Des siphons en U renversés, fixés sur les robinets des bacs, avec un retour direct dans le bac des poissons. Un filtre est placé afin de récupérer les résidus solides des bacs de culture. Ce système est très simple et rapide à mettre en place. S’il s’avère efficace durablement, on réalisera une fiche didactique à ce sujet.

Plantes

DSC03197
Des fraisiers, diverses salades, aromates tel que sarriette, sauge, aneth. Egalement des essais de bouture de houblon, feuillus ou de fruitiers. Des semis de radis, choux, salades, ciboulette, basilique, cresson, maïs, haricot, cresson, …

Cycle de l’azote

Le système à été mis en route avec le substrat et les plantes début avril 2014. De l’ammoniaque avait été introduite dans l’eau du bac un mois plus tôt durant la construction de la structure.

J’ai utilisé un kit de test avec des gouttes, c’est fiable et ça mesure précisément les paramètres importants à surveiller: pH, ammoniaque, nitrites et nitrates.

La première semaine, le Ph de départ est de 8.1,
l’ammoniaque à +8.0ppm, les Nitrites à 0.25ppm, les Nitrates à 0ppm.
L’ammoniaque est fort présente, les nitrites apparaissent.

La deuxième semaine, le Ph est à 8.2,
l’ammoniaque à 8.0ppm, les Nitrites à 2.00ppm, les Nitrates à 0ppm
Les nitrites se développent.

WP_20140419_003La troisième semaine, le Ph est à 8.1,
l’ammoniaque à 8.0ppm, les Nitrites à 5.00ppm, les Nitrates à 10ppm
Les nitrites sont là, les nitrates apparaissent.

 

WP_20140427_001La quatrième semaine, le Ph est à 8.0,
l’ammoniaque à 4.0ppm, les Nitrites à 5.0ppm, les Nitrates à 80ppm
L’ammoniaque est transformé, les nitrates se développent.

 

La cinquième semaine, le Ph est à 6.1,
l’ammoniaque à 2.0ppm, les Nitrites à 0.25ppm, les Nitrates à 160ppm
L’ammoniaque diminue, les nitrites diminues également par la transformation en nitrates qui augmentent, le cycles est installé.

Par la suite j’ai également analysé la dureté de l’eau avec un test KH. C’est un paramètre important, entre autre pour éviter des fluctuations de pH.

Poissons

omble saumon de fontaine truite mouchetéeDes Ombles de Fontaine, également appelées Saumon de Fontaine ou Truite Mouchetée ont pris place dans l’installation. C’est un poissons bien adapté à nos conditions climatiques et  que l’on trouve facilement dans les élevages de la région. Son intérêt gustatif est légèrement supérieur à celui des truites. C’est un poisson carnassier. Je les nourris de temps en temps avec des vers de terre, des sauterelles, des petites limasses, etc. Mais la plupart du temps, je leur donne matin et soir des granulés de nourriture bio pour poissons. C’est facile à tout point de vue et je contrôle facilement les quantités: certains jours ils ont un peu moins d’appétit. Pour assurer l’oxygénation, je leur ai placé une petite pompe de 200L d’air par heure.

Vidéo de l’installation aquaponique

Vidéo de mon système commentée par Eric:

Veuillez patienter quelques secondes
(selon la vitesse de votre connexion internet)
pour le déclenchement de la vidéo.

Les 3 principaux types de systèmes aquaponiques

Il existe 3 principaux types de systèmes aquaponiques, issues des principales méthodes de cultures hydroponiques plus couramment utilisées dans l’industrie alimentaire à travers le monde entier.

1) Systèmes aquaponiques avec du substrat

2) Systèmes aquaponiques sans substrat: NFT ou à gouttières

3) Systèmes aquaponiques sans substrat: Tables à marée

Toutes les explications ci-dessous…

1) Systèmes aquaponiques avec du substrat


C’est le moyen le plus simple pour commencer.

Il faut juste trouver quelques bassins, du substrat (billes d’argile ou schiste expansé, gravier,…) et c’est parti, vous pouvez commencer à planter!

L’eau est donc pompée du bassin des poissons pour être déversée dans les bacs de culture remplis de substrat dans lequel les plantes pousseront.

Ce substrat est colonisé par des bactéries qui participent activement au processus de transformation de l’ammoniac (déchets des poissons) en nitrates dans le système.

Les racines des plantes utilisent ces nitrates pour grandir.
L’eau retourne ensuite dans le bassin des poissons.

Pour ces systèmes avec substrat, 3 configurations  de drainage des bacs de culture sont possibles, elles sont discutées dans cet article

Système simple Remplissage et Drainage/ Flux et Reflux

Système aquaponique avec système de drainage flux et refluxC’est peut-être bien le meilleur système pour commencer à se familiariser avec l’aquaponie. En plus, on peut commencer avec un seul bac de culture pour après agrandir à 3 ou 4, pour le même volume d’eau.

L’avantage de ce système est qu’il est très facile à mettre en place et il est le moins coûteux. Il ne faut que 2 éléments: le bassin de poisson et le(s) bac(s) de culture..

Les désavantages de cette configuration, c’est que le niveau de l’eau monte et descend constamment dans le bassin des poissons, puisque la pompe y prend directement l’eau.

Il paraît que c’est préférable pour les poissons que le niveau ne bouge pas, sans avoir pu vérifier cette information, mais cela semblerait logique puisque dans la nature, le niveau ne fluctue jamais autant.

Cela pourrait en effet provoquer une source de stress supplémentaire pour nos poissons. Et s’il y a « stress », des maladies et des problèmes chez les poissons risquent de surgir plus vite.

Il faut généralement un programmeur horaire ou un siphon pour gérer le niveau de l’eau dans le(s) bac(s) de culture avec ce système, cela est expliqué dans cet article à propos du drainage des bacs de culture.

2) Systèmes aquaponiques sans substrat: NFT ou à gouttières


Nutrient Film Technique qui consiste à utiliser des gouttières pour faire circuler l’eau, et les plantes sont placées sur le dessus des gouttières, et trouvent les nutriments et l’oxygène nécessaires grâce au développement de leurs racines dans ces gouttières.

Culture sur film nutritif
Culture sur film nutritif

Les plantes sont dans de petits pots, qui sont ensuite coincés dans de petites ouvertures tous les 20-25 cm.

Ces systèmes conviendraient particulièrement bien aux plantes qui n’ont pas besoin d’un trop grand développement racinaire et qui poussent vite, comme diverses salades, laitues et petits légumes verts.
Mur planté
Comme sur la photo ci-contre, on peut utiliser cette technique pour optimiser l’espace disponible avec des cultures verticales.

Nous n’avons pas encore essayé ce type de système car il nous a semblé directement beaucoup plus coûteux à l’investissement, et il nous obligerait à utiliser beaucoup trop de PVC, ce que nous essayons d’éviter au maximum.

Vous pourrez voir un bel exemple de technique sans substrat NFT ici.

C’est d’ailleurs pourquoi il n’est pas très souvent utilisé en aquaponie mais beaucoup plus souvent en hydroponie, même s’il peut être très intéressant dans certains cas avec peu de place, ou peut être combiné avec d’autres systèmes.

3) Systèmes aquaponiques sans substrat: Tables à marée


Le système des tables à marée est un autre système couramment utilisé en hydroponie, et est aussi souvent utilisée dans les installations aquaponiques commerciales.

Table à marée
Table à marée

Ce système consiste à utiliser de grands bassins d’eau sur lesquels on va faire flotter les plantes, comme sur un radeau (en polystyrène par exemple).

Les plantes consommeront alors les nutriments présents dans l’eau, et celle-ci retournera alors nettoyée dans le bassin des poissons.

Cette configuration permet d’avoir une stabilité inégalable au niveau de la qualité de l’eau vu son volume, mais elle demande aussi un peu plus de finesse dans la technique.

Avec un système de tables à marée par exemple, il est alors indispensable d’ajouter des filtres biologiques supplémentaires pour éviter d’avoir de petits dépôts dans l’eau, qui pourraient s’accrocher aux racines des plantes et les empêcher d’absorber leurs nutriments convenablement.

Il faut aussi prévoir une oxygénation maximale de l’eau qui circule sous les plantes.

Conclusion: Par quel système commencer?

Après avoir parcouru ensemble ces 3 principaux types de systèmes aquaponiques, nous pouvons vous conseiller directement de vous pencher sur l’option avec substrat pour commencer, car c’est vraiment la plus simple à mettre en place, la moins coûteuse et aussi celle qui demande le moins d’entretiens et la plus simple à gérer.

Un autre avantage de la culture avec substrat, c’est qu’une plus grande variété de fruits et légumes peuvent y prospérer.

Par exemple, les systèmes « NFT » ou dans les « tables à marées » sont plus adaptées à la culture de salades et d’herbes que pour une production variée de salades, herbes diverses, tomates, poivrons, fraises, choux, etc.

Dans un système aquaponique pour une production familiale, le but est bien entendu de pouvoir produire de nombreux produits différents, les systèmes avec substrat sont alors ceux qui conviendront le mieux à cet usage diversifié.

Il est bien entendu possible d’associer ces 3 méthodes en un seul système mixte, selon les cas.

N’oubliez pas de lire notre article à propos des différents systèmes de drainage utilisés dans un système aquaponique pour l’évacuation de l’eau des bacs de culture avec substrat, et dans nos explications, nous nous concentrerons principalement (pour commencer) sur les systèmes dont les bacs de culture sont remplis de substrat, vu les raisons citées plus haut.

 

Où Pouvons-Nous Vous Envoyer Votre Série de Leçons Sur L’Aquaponie Gratuitement?

Vos données resteront confidentielles, vous ne recevrez aucun spam et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

 

Les principes de base de l’aquaponie

L’aquaponie est le résultat d’une association entre l’aquaculture (élevage de poissons) et l’hydroponie (culture de légumes hors sol).

L’aquaponie permet donc de produire des légumes et du poisson chez soi, c’est assez facile et accessible à tous…

C’est pour cela qu’il est temps de tous nous lancer dans l’auto-production autant que possible, maintenant que nous avons des techniques efficaces en main.

Bien comprendre les principes de base de l’aquaponie vous permettra de mieux préparer votre première installation aquaponique, c’est ce dont nous parlerons dans cet article.

Cycle de l'aquaponie
Cycle de l’azote avec l’aquaponie

Les principaux acteurs d’un système aquaponique, ce sont bien entendu les poissons et les plantes.
Les acteurs secondaires, ce sont les bactéries (indispensables) et les vers de compost (facultatifs mais bénéfiques).

Chacun des acteurs du système a des besoins naturels pour être en bonne santé, et leurs besoins respectifs seront comblés par l’un et l’autre, ce qui entretient une parfaite symbiose entre eux.

C’est un bel exemple de situation « Gagnant-Gagnant« .

Après avoir été nourris, les poissons digèrent leur nourriture, ils produisent des excréments qui sont donc relâchés dans leur eau.

L’eau est alors pompée pour être amenée dans les bacs de culture de plantes.

Cette eau est chargée en ammoniaque provenant des déjections des poissons.

Cet ammoniaque sera alors décomposé dans le substrat (billes d’argile expansé, gravier…) par des bactéries qui le transforment en une forme plus assimilable pour les plantes.

Les plantes utilisent ensuite les nitrates issus de l’ammoniaque ainsi transformé. C’est une forme d’azote qui est utilisée par les plantes et qui est indispensable pour leur croissance.

Vers de terre
Il est intéressant d’ajouter des vers de compost dans les bacs de culture, ils aideront eux aussi à rendre assimilables de nombreux nutriments en faisant passer de nombreux restes de végétaux (feuilles, racines, radicelles,…) à travers leur tube digestif: leurs excréments contiennent des nutriments directement assimilables par les plantes.

L’eau retournera alors nettoyée/filtrée dans le bassin des poissons, et cela dans un cycle fermé permanent.

Si les plantes et les bactéries du substrat ne jouaient pas ce rôle de filtre, les poissons mourraient très vite car l’ammoniac est toxique pour eux.

C’est grâce à l’action de l’oxygène, des bactéries, et des plantes que la survie des poissons est maintenue possible, et vice versa.

On peut donc bien observer cette interdépendance bénéfique qu’entretiennent les poissons et les plantes, ainsi que les bactéries.
L’un sans l’autre, ils mourraient dans un tel système fermé.

Les poissons produisent des déjections. Les vers de terre et bactéries transforment les déjections en nutriments pour les plantes. Les plantes filtrent l’eau qui retourne aux poissons.
Cycle de l’aquaponie

Les poissons apportent la nourriture aux plantes qui elles, nettoient l’eau du système …
La nourriture est rendue disponible et assimilable pour les plantes grâce aux bactéries présentes dans le substrat.

C’est le merveilleux cycle de l’aquaponie.

Tout ce que vous avez à faire en tant qu’aquaponiste, c’est de nourrir les poissons, bien oxygéner l’eau, contrôler de temps en temps la qualité de l’eau, pour vérifier l’acidité (Ph) ainsi que la concentration en nitrites (toxiques pour les poissons) et en nitrates (sans danger pour les poissons jusqu’à un certain niveau de concentration).

Nous rentrerons beaucoup plus dans les détails lors de la formation concernant l’entretien d’un système aquaponique.

Vous pouvez d’ailleurs encore vous y inscrire gratuitement pour le moment, en déposant votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous.

Où Pouvons-Nous Vous Envoyer Votre Série de Leçons Sur L’Aquaponie Gratuitement?

Vos données resteront confidentielles, vous ne recevrez aucun spam et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

 

Les plantes à cultiver dans une installation aquaponique

Il y a déjà des centaines de plantes qui ont été testées avec succès dans des installations aquaponiques à travers le monde.

Plantes en aquaponieBien entendu, le type de plantes que vous pourrez cultiver chez vous sera toujours déterminé par votre climat, mais en gros, à peu près tout ce qui pousse dans les potagers de votre région devrait pouvoir pousser correctement dans votre installation aquaponique.

Ce sont souvent les légumes racines qui sont les plus difficiles à cultiver dans ce genre de système, mais ce n’est pas impossible, j’ai moi-même des céléris-raves encore en train de grossir dans un de mes bacs…

Ce qu’il y a de plus fou, c’est que les plantes des systèmes aquaponiques se portent à merveille, principalement avec les nutriments apportés directement aux racines grâce aux poissons, et en plus, elles poussent même au moins 2 fois plus vite que dans un jardin en pleine terre!

Les plantes poussent mieux dans un système aquaponique simplement parce qu’elles ont toute l’eau dont elles ont besoin ainsi que tout l’oxygène nécessaire, bien plus qu’en pleine terre!

Les plantes les plus couramment cultivées avec l’aquaponie (de manière commerciale) sont les légumes à feuilles vertes dits « légumes-feuilles » (salades diverses, mâche, épinards, poireaux, bettes, …) et les herbes telles que persil, basilic, ciboulette, etc.

La première année, c’est préférable de rester avec ces légumes verts uniquement, parce que le substrat ne contient pas encore une assez grande diversité de nutriments, mais dès la deuxième année, on peut envisager de planter des légumes plus gourmands et/ou plus demandeurs.

Le climat, comme je l’ai déjà dit plus haut, c’est un facteur déterminant pour choisir les plantes à cultiver en aquaponie.
Cela dépend aussi de la situation (à l’extérieur, dans une serre?), et de l’ensoleillement, tout comme pour du jardinage traditionnel.

L’important est d’essayer. Vous pourrez observer ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas chez vous. Ce qui est certain, c’est que vous allez (enfin!?) réussir à produire quelque chose, et cela après quelques semaines seulement!

Concombre aquaponiqueDans un climat comme en Belgique ou en France, ce qui fonctionne bien, c’est les concombres (en serre), les tomates (en serre), les salades, la mâche, le céléri, les piments (serre), les fraises, les oignons, les différents choux, les haricots, le persil, le basilic (en serre), les menthes, le cresson, la coriandre, la sauge,…

Je pense pouvoir confirmer que tous les légumes annuels qui se plantent dans le jardin doivent être cultivables dans un système aquaponique.

En Australie, j’ai même vu des images d’un arbre qui avait été installé dans un bac de culture mature de plusieurs années, assez profond, ou encore un bananier dans une serre chauffée aux USA.
Cela ne devrait de toute façon rester que des essais à titre expérimental.

Pour commencer, profitons des grands avantages de l’aquaponie pour simplement produire les légumes habituels des potagers dans nos régions, et nous nous garantirons de nombreuses et abondantes réussites.

Vous pouvez utiliser les bonnes associations entre les plantes, comme dans un potager, idem dans les bacs de culture aquaponiques.

Le poireau aime le fraisier, la bette aime les céléris et les haricots, le basilic apprécierait le voisinage du fenouil…etc…tout cela est à expérimenter…

Par contre, pas besoin de rotations de cultures dans un système aquaponique, vu qu’il est en permanence drainé et fertilisé par les poissons.

Les plantes à cultiver dans une installation aquaponique sont donc celles que vous trouverez généralement dans les jardins de vos régions, certaines règles de jardinage restent également d’actualité, comme nous venons de le voir avec les associations bénéfiques entre plantes.

Vous pouvez poster ici vos questions, commentaires, ainsi que vos propres expériences ratées ou réussies si vous avez déjà eu la chance d’expérimenter l’aquaponie chez vous!

La qualité nutritionnelle des produits issus de l’aquaponie

Quand on a déjà entendu parler de la pauvre teneur en nutriments des légumes cultivés en agriculture conventionnelle, on peut aussi s’interroger sur la qualité nutritionnelle des produits issus de l’aquaponie.

En plus, l’aquaponie pourrait vite être, à tort, assimilée à l’hydroponie, qui est une technique dont est issue l’aquaponie, mais qui n’utilise principalement que des produits fertilisants d’origine chimique.

Il faut savoir quoi comparer avec quoi…

Avec l’aquaponie, si l’aquaponiste s’occupe de son petit écosystème avec soin (en donnant uniquement de la nourriture vivante ou de qualité naturelle, biologique et garantie sans OGM), les plantes ne seront alors nourries qu’avec des éléments biologiques provenant de

poisson & legumes d'aquaponie

la nourriture, des compléments nutritionnels (extraits d’algues composés d’une multitude de micro-nutriments…), et des déjections des vers de terre qui se nourrissent des restes végétaux dans les bacs de cultures.

Si nous devions comparer la qualité nutritionnelle d’un légume issu de l’aquaponie avec un légume issu du marché conventionnel voire même « Bio », la différence en quantité de nutriments doit être quasi nulle, car il faut savoir que la majorité des sols exploités actuellement par l’agriculture sont quasi morts, vidés de leurs substances, et ne donnent que des légumes pauvrement chargés en micro-nutriments.

Il est vrai que les fruits et légumes cultivés il y a des décennies étaient beaucoup plus riches en vitamines et minéraux que les variétés d’aujourd’hui.

Le principal responsable dans cette tendance à la baisse inquiétante, c’est l’appauvrissement des sols: les méthodes agricoles intensives modernes ont dépouillé les sols de toute forme de vie ainsi que les micro-nutriments normalement présents dans un sol vivant.

Malheureusement, chaque génération de légume est de moins en moins bonne nutritivement, d’année en année.

La qualité des aliments aquaponiquesAu moins, avec l’aquaponie, nous sommes certains de connaître les produits utilisés pour produire notre nourriture…et sa qualité restera constante, sans appauvrir le sol et sans avoir recours à des produits chimiques toxiques pour toutes formes de vies.

Et les légumes « aquaponiques » ont bon goût, je peux même vous garantir qu’ils ont plus de goût que la plupart des légumes issus de l’hydroponie, comme les tomates, ou certaines fraises du commerce . Celles issues de l’aquaponie goûtent le goût original du fruit!

Mais si on faisait une analyse comparative de légumes provenant d’un jardin vivant, en pleine terre, avec un sol « accompagné » avec les techniques de la permaculture par exemple, ces légumes seraient certainement beaucoup plus chargés en micro-nutriments que ceux issus de l’aquaponie…

Certains me diront alors que ce n’est peut-être pas l’idéal de cultiver avec l’aquaponie…

Mais cette qualité nutritive est extrêment rare de nos jours, mais possible avec les techniques respectueuses du vivant, et c’est pour cela que j’invite toujours tout le monde à auto-produire un maximum de nourriture dans son jardin et autour de chez soi quand on a la chance d’avoir la place…

Et si vous n’avez que peu d’espaces disponibles pour faire un potager, en ville, la qualité nutritionnelle des végétaux issus de l’aquaponie sera un excellent compromis pour produire plus, plus vite, plus facilement, et avec moins de surfaces qu’un jardin en terre. On peut imaginer des cultures verticales pour gagner un maximum de surfaces cultivables.

assiette de legumes Et ces produits seront au moins aussi bons, si pas meilleurs encore, que ceux que vous pourriez acheter dans votre supermarché ou épicier habituel, et bien entendu, d’une fraîcheur inégalable et sans aucuns pesticides!

Et encore d’autres arguments non-négligeables, c’est qu’aucun pétrole ne sera utilisé pour produire ou transporter des produits aquaponiques, et qu’ils seront toujours cueillis à maturité, s’ils poussent près de chez nous.

Sans avoir pu encore vous fournir des preuves scientifiques, je pense pouvoir rassurer ceux qui se posent des questions sur la qualité nutritionnelle des produits issus de l’aquaponie en leur disant ceci:

L’aquaponie reste une solution de choix pour les années à venir, car les légumes ou les fruits qui en sont issus contiennent la majeure partie des éléments nécessaires pour notre santé, si pas tous, et ils en contiennent au moins autant et même peut-être plus que ceux produits par l’agriculture conventionnelle, même « bio » dans certains cas.