Archives du mot-clé permaculture

Notre Stand à la foire de « Bio en Liège » ce dimanche 21

Voici mon petit stand pour présenter la permaculture et l’aquaponie à la foire « Bio en Liège » édition 2014, dans le jardin botanique.

Nous avions eu du soleil l’année dernière. Cette année, c’était la « drache nationale ».

Mais heureusement, nous avons eu quelques petites éclaircies qui m’ont permis de rencontrer des personnes intéressées pour tendre vers l’autonomie, tout en respectant notre environnement.

C’est toujours sympathique de se rencontrer entre jardiniers, permaculteurs en herbe, ou même aquaponistes, car même un abonné est passé par hasard! 🙂

Notre ASBL ne participe pas encore à beaucoup d’événements de ce genre, mais sachez que nous serons là l’année prochaine au même endroit, en espérant qu’il fera beau et chaud cette fois. 😉

Introduction à l’Aquaculture 3: Les Poissons

Cette vidéo est la suite de mon introduction à l’aquaculture avec la permaculture.

Tableau-poissons-aquacultureVous pouvez retrouver la première partie d’introduction ici, et la deuxième à propos de la faune et la flore ici.

Vous pouvez cliquer sur l’image ci-contre pour l’agrandir.

 

 

 

Les poissons en aquaculture

Les poissons d’eau douce sont les plus couramment utilisés dans dans ces systèmes naturels.

En comparaison avec l’aquaponie, un plan d’aquaculture naturelle pourra héberger de plus gros poissons mais en moins grand nombre, et aussi plusieurs espèces pourront cohabiter.

Un étang naturel tel que j’en parle ici sera bien entendu beaucoup moins artificiel qu’un système aquaponique, et l’équilibre à atteindre le plus naturellement possible sera forcément encore plus fin et complexe.

L’aquaponie, plus artificielle, certes, sera toujours beaucoup plus simple d’entretien qu’un étang « naturel » où l’équilibre est et devra être maintenu pour et par les différentes plantes et multiples animaux, êtres vivants et micro-organismes qui y vivent.

Mise en garde pour vos projets d’aquaculture

Comme je le souligne dans la vidéo, un projet d’aquaculture devra être bien réfléchi, cela ne s’improvise pas.

L’aquaculture ne s’improvise pas.

L’idéal est aussi alors d’intégrer ce projet dans un « design » de permaculture, pour bien étudier le projet avant de vous lancer dans de grands travaux longs et coûteux.

Un « design » permaculturel, c’est comme un « dessin », ou un « dessein », sur le plan du lieu.

Un « design » de permaculture, c’est une étape indispensable pour préparer au mieux un projet de vie, pour que tous les habitants de ce lieu puissent vivre en harmonie ensemble avec la nature, tout en comblant leurs besoins avec les ressources et les productions du lieu.

Pas de déchets. Peu ou pas d’intrants. Une optimisation énergétique maximale, c’est possible mais ça se prépare!

Le « design« , c’est tout simplement le plan d’action pour la conception d’une abondance naturelle qui peut être mise en place dans tous les climats.

Un design judicieusement préparé va permettre d’augmenter le nombre de connexions et d’interactions entre tous les éléments du lieu pour un maximum d’efficacité et de fertilité.

Si vous ne connaissez pas encore cette technique du « design« , qui est le coeur d’action de la permaculture, il est temps de vous y intéresser. C’est le chemin le plus court pour atteindre vos buts.

Si vous voulez que votre design soit parfaitement adapté, l’idéal sera un design réfléchi et étudié avec ceux qui vont y vivre.

Donc l’idéal est donc de déjà commencer à vous former en suivant une formation de design global en permaculture…puis vous pourrez correctement réfléchir à votre projet avec ces nouvelles connaissances, mais vous devrez aussi demander conseil à d’autres plus expérimentés avant de passer à l’action.

Ceci étant dit, je dois encore ajouter une dernière info importante.

J’ai créé cette série à propos de l’aquaculture pour vous donner une vision plus large des potentialités avec l’eau, l’élevage de poissons et les productions végétales adaptées.

Je vous transmets ici une information à propos d’aquaculture plus vaste qui m’a été transmise mais que je n’ai pas encore pu expérimenter moi-même, mais c’est un sujet tellement passionnant que je suis certain que ce sujet plaira à de nombreuses personnes. Et plus nombreux nous serons à y réfléchir et à expérimenter, mieux ce sera. 😉

Si vous êtes intéressé(e), vous devrez encore creuser un peu plus tout cela par vous-même mais restons en contact via la newsletter car j’aimerais bien encore continuer de partager d’autres informations complémentaires plus tard…

Mais que ce soit pour l’emplacement de l’étang, sa construction (terrassements, digues, etc), et pour créer et maintenir un équilibre naturel, il y a encore beaucoup à apprendre et de nombreux sujets à réfléchir avant de se lancer!

Moi-même, j’ai un projet d’étang, mais il est préférable d’être patient pour ne pas faire de grosses erreurs difficiles ou coûteuses à corriger! Je prépare donc cela longuement à l’avance…

Déposez vos commentaires ou questions ci-dessous svp!

 

Introduction Aquaculture 2: la Faune et la Flore

Voici la suite de cette série à propos d’aquaculture!

Faune et flore en aquaculture
Cliquez sur l’image pour la voir en plus grand…

La faune et la flore que vous pourrez trouver ou intégrer dans votre aquaculture naturelle …

Cette liste de plantes et d’êtres vivants d’un écosystème naturel en aquaculture n’est bien entendu pas exhaustive, je ne vous cite ici que mes maigres connaissances dans ce domaine très vaste et nouveau aussi pour moi.

J’ai d’ailleurs oublié de citer les crevettes qu’il est parfois possible d’élever dans un étang, mais je n’en sais pas encore beaucoup plus sur les crevettes…

J’espère que ces vidéos vous plaisent tout de même, c’est vrai que je me suis lancé dans l’explication de l’aquaculture, qui est un sujet que je ne maîtrise pas, mais je trouvais que cela valait vraiment la peine de vous signaler ces infos en passant…

N’hésitez pas à me corriger ou à commenter si nécessaire!

Vous pouvez retrouver la première vidéo de cette série à propos d’aquaculture ici.

Introduction à l’Aquaculture avec la Permaculture

L’aquaponie découle de techniques déjà utilisées depuis longtemps pour nous nourrir.

Voici une brève introduction à l’aquaculture, un domaine d’activité plus large mais qui mérite qu’on s’y attarde un peu avant de vous lancer dans de grands projets et transformations dans le but de produire votre nourriture.

Si vous avez un jardin, simplement ajouter un petit plan d’eau, une mare, ou un étang va nettement améliorer le lieu car cela va attirer de nombreux bienfaits: insectes, plantes mellifères, biodiversité stimulée, engrais verts pour le sol, inertie thermique, épuration de l’eau, etc.

La liste des avantages est longue!

C’est ce dont je vais vous parler dans cette vidéo ci-dessous:

 


Vous pouvez cliquer sur la photo ci-contre pour voir le tableau en grand.Tableau Introduction à l'Aquaculture

Le seul fait que le rendement de l’aquaculture est de 5 à 30 fois supérieur mérite qu’on s’y attarde un peu.

L’aquaculture combinée avec les techniques et les principes de la permaculture, cela devient un mélange extraordinaire de création de vie, de fertilité et d’abondance naturelle!

Et maintenant, avec l’aquaponie, tout le monde peut pratiquer un peu d’aquaculture chez soi pour produire plus avec moins de travail, même dans de petits espaces et même si vous n’avez pas de jardin!

La suite de cette rapide introduction à l’aquaculture avec la permaculture…

Dans la 2ème partie, je parle de la faune et de la flore avec l’aquaculture et la permaculture, c’est-à-dire les animaux et les végétaux qui peuvent s’installer dans un système en aquaculture et nous apporter des avantages intéressants pour nous aider à combler nos besoins.

Dans la 3ème partie, je parle un peu plus des poissons dans un système d’aquaculture naturelle.

N’hésitez pas à ajouter vos réactions dans les commentaires!

 

De retour du magasin d’article de pêche

ligne de pecheIl est toujours intéressant de visiter ses commerces locaux. Et ainsi, découvrir ce que l’on peut directement se procurer chez eux pour nos systèmes aquaponiques. Avec un peu de chance on en apprend également!

En cette fin du mois de mars, je pousse la porte de ce magasin d’article de pêche. Ma raison, trouver du poisson! Le vendeur est jeune, hyper dynamique et sympathique, comme tout bon commerçant, il s’acquitte rapidement du but de ma recherche.

Système aquaponique avec système de drainage flux et reflux– « Pour en faire quoi exactement? » Comme réponse, du bout des lèvres, je lâche le mot aquaponie. Il sourit.
– « Ha! L’aquaponie … décidément c’est à la mode! » Il m’explique que je ne suis pas le premier, ces derniers 6 mois il a eu quelques personnes qui sont venues le voir à ce propos. Il a d’ailleurs fourni tous le matériel de pompage et d’oxygénation nécessaire pour une réalisation.

DSC02688

Je suis surpris mais rassuré. D’emblée, il m’explique que certaines informations, données sur internet, ne sont pas toujours pertinentes. Les poissons pour l’aquaponie sont parfois mal renseignés, voir pas tout. Il m’explique qu’ici, en ardenne belge, les eaux ruissellent des sommets vers les vallées.

C’est notre or bleu, chez nous l’eau est en abondance, elle est fraîche et bien oxygénée. Ce sont ces conditions qui sont idéales pour la truite.

pecheur etangC’est vrai, dans notre ardenne, la truite est endémique, on en trouve dans nombre de cours d’eau, nos étangs et elle s’élève en pêcherie. Il y a également des sociétés locales de transformations pour la vente en commerce.

Beaucoup en sont friands. Les amateurs de pêche sportive à la mouche, ou plus tranquillement en étangs, la taquine. En « no kill » de plus en plus, juste pour le plaisir du geste et ensuite la relâcher.

Mais également pour remplir frigo et congélateur! C’est un poisson facile à préparer, cuisiner et manger. Il y a de nombreuses recettes, certaines même qui proposent des cuissons au barbecue.

Pour nourrir ces truites il y a également tout ce qu’il faut. Et si on veut aller plus loin, c’est également possible. Il me parle, par exemple, du projet de son client qui va la produire lui-même à partir d’un élevage de vers de farine. Exactement comme certains pêcheurs le font pour avoir des appâts à mettre sur leurs hameçons!

DSC02651Cette discussion m’amène à conclure que pour nos systèmes aquaponiques, il faut sans doute garder cette démarche rationnelle que l’on retrouve régulièrement en permaculture! Il faut faire avec ce qui nous entoure: favoriser ce que l’on trouve facilement et qui fonctionne bien dans nos conditions.

Faites comme nous, discutez avec des spécialistes de votre région. D’autant que régulièrement, ils sont curieux sur l’aquaponie et ce sont souvent des échanges très enrichissants qui en ressortent.

La qualité nutritionnelle des produits issus de l’aquaponie

Quand on a déjà entendu parler de la pauvre teneur en nutriments des légumes cultivés en agriculture conventionnelle, on peut aussi s’interroger sur la qualité nutritionnelle des produits issus de l’aquaponie.

En plus, l’aquaponie pourrait vite être, à tort, assimilée à l’hydroponie, qui est une technique dont est issue l’aquaponie, mais qui n’utilise principalement que des produits fertilisants d’origine chimique.

Il faut savoir quoi comparer avec quoi…

Avec l’aquaponie, si l’aquaponiste s’occupe de son petit écosystème avec soin (en donnant uniquement de la nourriture vivante ou de qualité naturelle, biologique et garantie sans OGM), les plantes ne seront alors nourries qu’avec des éléments biologiques provenant de

poisson & legumes d'aquaponie

la nourriture, des compléments nutritionnels (extraits d’algues composés d’une multitude de micro-nutriments…), et des déjections des vers de terre qui se nourrissent des restes végétaux dans les bacs de cultures.

Si nous devions comparer la qualité nutritionnelle d’un légume issu de l’aquaponie avec un légume issu du marché conventionnel voire même « Bio », la différence en quantité de nutriments doit être quasi nulle, car il faut savoir que la majorité des sols exploités actuellement par l’agriculture sont quasi morts, vidés de leurs substances, et ne donnent que des légumes pauvrement chargés en micro-nutriments.

Il est vrai que les fruits et légumes cultivés il y a des décennies étaient beaucoup plus riches en vitamines et minéraux que les variétés d’aujourd’hui.

Le principal responsable dans cette tendance à la baisse inquiétante, c’est l’appauvrissement des sols: les méthodes agricoles intensives modernes ont dépouillé les sols de toute forme de vie ainsi que les micro-nutriments normalement présents dans un sol vivant.

Malheureusement, chaque génération de légume est de moins en moins bonne nutritivement, d’année en année.

La qualité des aliments aquaponiquesAu moins, avec l’aquaponie, nous sommes certains de connaître les produits utilisés pour produire notre nourriture…et sa qualité restera constante, sans appauvrir le sol et sans avoir recours à des produits chimiques toxiques pour toutes formes de vies.

Et les légumes « aquaponiques » ont bon goût, je peux même vous garantir qu’ils ont plus de goût que la plupart des légumes issus de l’hydroponie, comme les tomates, ou certaines fraises du commerce . Celles issues de l’aquaponie goûtent le goût original du fruit!

Mais si on faisait une analyse comparative de légumes provenant d’un jardin vivant, en pleine terre, avec un sol « accompagné » avec les techniques de la permaculture par exemple, ces légumes seraient certainement beaucoup plus chargés en micro-nutriments que ceux issus de l’aquaponie…

Certains me diront alors que ce n’est peut-être pas l’idéal de cultiver avec l’aquaponie…

Mais cette qualité nutritive est extrêment rare de nos jours, mais possible avec les techniques respectueuses du vivant, et c’est pour cela que j’invite toujours tout le monde à auto-produire un maximum de nourriture dans son jardin et autour de chez soi quand on a la chance d’avoir la place…

Et si vous n’avez que peu d’espaces disponibles pour faire un potager, en ville, la qualité nutritionnelle des végétaux issus de l’aquaponie sera un excellent compromis pour produire plus, plus vite, plus facilement, et avec moins de surfaces qu’un jardin en terre. On peut imaginer des cultures verticales pour gagner un maximum de surfaces cultivables.

assiette de legumes Et ces produits seront au moins aussi bons, si pas meilleurs encore, que ceux que vous pourriez acheter dans votre supermarché ou épicier habituel, et bien entendu, d’une fraîcheur inégalable et sans aucuns pesticides!

Et encore d’autres arguments non-négligeables, c’est qu’aucun pétrole ne sera utilisé pour produire ou transporter des produits aquaponiques, et qu’ils seront toujours cueillis à maturité, s’ils poussent près de chez nous.

Sans avoir pu encore vous fournir des preuves scientifiques, je pense pouvoir rassurer ceux qui se posent des questions sur la qualité nutritionnelle des produits issus de l’aquaponie en leur disant ceci:

L’aquaponie reste une solution de choix pour les années à venir, car les légumes ou les fruits qui en sont issus contiennent la majeure partie des éléments nécessaires pour notre santé, si pas tous, et ils en contiennent au moins autant et même peut-être plus que ceux produits par l’agriculture conventionnelle, même « bio » dans certains cas.

Résumé de la situation

L’aquaponie s’inscrivant dans le mouvement permaculturel, je partage une vidéo de M. Mondialisation qui résume très bien ma vision de notre monde actuel et de ce qui serait souhaitable.

Indigné! Et après?

Ce sont ces réponses et solutions à nos problèmes actuels qui me font espérer une évolution pacifique et épanouissante.

Si nous développons et enrichissons nos modes de vie sur ces définitions: autoproduction, échange, partage des surplus, respect des éléments, …, nous équilibrons durablement la balance dans ce sens. Nous avons commencé à y croire, il faut continuer à agir.