Archives du mot-clé qualité des aliments

Mise à jour d’un système aquaponique simple après 10 mois

Je refais encore un petit tour du système aquaponique expérimental dans ma serre (non-isolée), celui que je filme depuis ses débuts l’année dernière.

Depuis que le soleil est revenu, cela pousse vite dans la serre, mais encore plus vite avec l’aquaponie!

 

Je n’ai pas pensé à filmer les truites mais elles vont toujours bien, je vous rassure. 🙂 Elles sont toujours peu nombreuses, parce que j’attends un peu qu’un autre système à l’extérieur soit cyclé pour pouvoir les y transférer.

Quand cela sera fait, on m’a proposé d’aller chercher des poissons dans un mini-étang de jardin qui grouille d’alevins, koïs, poissons rouges, carassins, etc… J’irai donc en chercher un seau bientôt pour mettre dans la serre pour l’été.

Les végétaux aquaponiques

Je me suis concentré sur les plantes dans cette vidéo…
C’est vrai que la pousse des salades est impressionnante.

Et leur goût impeccable!
Oui, oui, je le répète, les légumes aquaponiques sont « normaux », ils ne goûtent pas les excréments de poissons et ils nous offrent bien leur goût original.

Depuis que ce système aquaponique est lancé, j’ai déjà récolté:

  • Des salades au bon goût de salade.
  • Des haricots nains bien grands et croquants
  • De la ciboulette bien piquante
  • Du basilic délicieusement parfumé
  • Du céléri rave avec un goût typique de…céléri rave! 🙂
  • Des poireaux tout à fait délicieux
  • un peu de salade de blé (pas très bien réussi, à ré-essayer)

Mais il y a eu des ratés aussi… 🙂

J’ai aussi essayé des choux raves et les rutabagas (racines) mais cela n’a pas bien fonctionné… Normalement, l’aquaponie n’est pas prévue pour les racines, mais mes céléris raves n’étaient pas laids, et j’ai vu aussi de beaux résultats avec…des carottes…à tester…

J’ai raté les épinards, mais c’est certainement parce que j’ai remué les billes quand les germes étaient encore fragiles…

Et le plant de tomate que j’avais planté dans le bac de culture en juillet l’année dernière n’a jamais eu le temps de faire mûrir ses tomates avant la saison froide, mais c’était certainement déjà un peu tard, et puis c’est normal, un système aquaponique ne pouvant pas vraiment contenir une assez grande variétés de nutriments pour « créer » des fruits la toute première année.

Fraise d'aquaponie en train de mûrir

Et les premières fraises arrivent!

La plus grosse est déjà en train de mûrir (voir photo ci-contre).

J’en ai d’ailleurs mis beaucoup cette fois-ci, nous adorons tous les fraises ici, surtout celles produites à la maison, avec leur goût unique, quasiment introuvable dans le commerce!

Aquaponie= source d’engrais biologique idéal

Comme j’en parle dans la vidéo, l’eau fertilisée du système aquaponique me sert aussi à arroser toute la serre, et cela fonctionne vraiment très bien.

C’est un complément non négligeable pour jardiner, ultra pratique pour les petits jardins de ville où on ne trouve pas toujours facilement des engrais naturels ou des matières pour nourrir le peu de terre qu’on a, ou pour des mini-jardins en pots, jardinières et bacs de culture en terre!

Certains parlent alors de microponie lorsqu’on commence à intégrer complètement l’aquaponie dans notre mode de production de nourriture saine, avec les lombrics, les poissons, et le jardin.

Cet exemple est donc un système aquaponique simple, la configuration la plus basique.

D’autres configurations plus évoluées (comme expliqué dans cet article à propos des différents systèmes de drainage) sont détaillées lors des leçons données gratuitement au fil des semaines via notre newsletter.

Des questions? Un commentaire? N’hésitez pas!

La qualité nutritionnelle des produits issus de l’aquaponie

Quand on a déjà entendu parler de la pauvre teneur en nutriments des légumes cultivés en agriculture conventionnelle, on peut aussi s’interroger sur la qualité nutritionnelle des produits issus de l’aquaponie.

En plus, l’aquaponie pourrait vite être, à tort, assimilée à l’hydroponie, qui est une technique dont est issue l’aquaponie, mais qui n’utilise principalement que des produits fertilisants d’origine chimique.

Il faut savoir quoi comparer avec quoi…

Avec l’aquaponie, si l’aquaponiste s’occupe de son petit écosystème avec soin (en donnant uniquement de la nourriture vivante ou de qualité naturelle, biologique et garantie sans OGM), les plantes ne seront alors nourries qu’avec des éléments biologiques provenant de

poisson & legumes d'aquaponie

la nourriture, des compléments nutritionnels (extraits d’algues composés d’une multitude de micro-nutriments…), et des déjections des vers de terre qui se nourrissent des restes végétaux dans les bacs de cultures.

Si nous devions comparer la qualité nutritionnelle d’un légume issu de l’aquaponie avec un légume issu du marché conventionnel voire même « Bio », la différence en quantité de nutriments doit être quasi nulle, car il faut savoir que la majorité des sols exploités actuellement par l’agriculture sont quasi morts, vidés de leurs substances, et ne donnent que des légumes pauvrement chargés en micro-nutriments.

Il est vrai que les fruits et légumes cultivés il y a des décennies étaient beaucoup plus riches en vitamines et minéraux que les variétés d’aujourd’hui.

Le principal responsable dans cette tendance à la baisse inquiétante, c’est l’appauvrissement des sols: les méthodes agricoles intensives modernes ont dépouillé les sols de toute forme de vie ainsi que les micro-nutriments normalement présents dans un sol vivant.

Malheureusement, chaque génération de légume est de moins en moins bonne nutritivement, d’année en année.

La qualité des aliments aquaponiquesAu moins, avec l’aquaponie, nous sommes certains de connaître les produits utilisés pour produire notre nourriture…et sa qualité restera constante, sans appauvrir le sol et sans avoir recours à des produits chimiques toxiques pour toutes formes de vies.

Et les légumes « aquaponiques » ont bon goût, je peux même vous garantir qu’ils ont plus de goût que la plupart des légumes issus de l’hydroponie, comme les tomates, ou certaines fraises du commerce . Celles issues de l’aquaponie goûtent le goût original du fruit!

Mais si on faisait une analyse comparative de légumes provenant d’un jardin vivant, en pleine terre, avec un sol « accompagné » avec les techniques de la permaculture par exemple, ces légumes seraient certainement beaucoup plus chargés en micro-nutriments que ceux issus de l’aquaponie…

Certains me diront alors que ce n’est peut-être pas l’idéal de cultiver avec l’aquaponie…

Mais cette qualité nutritive est extrêment rare de nos jours, mais possible avec les techniques respectueuses du vivant, et c’est pour cela que j’invite toujours tout le monde à auto-produire un maximum de nourriture dans son jardin et autour de chez soi quand on a la chance d’avoir la place…

Et si vous n’avez que peu d’espaces disponibles pour faire un potager, en ville, la qualité nutritionnelle des végétaux issus de l’aquaponie sera un excellent compromis pour produire plus, plus vite, plus facilement, et avec moins de surfaces qu’un jardin en terre. On peut imaginer des cultures verticales pour gagner un maximum de surfaces cultivables.

assiette de legumes Et ces produits seront au moins aussi bons, si pas meilleurs encore, que ceux que vous pourriez acheter dans votre supermarché ou épicier habituel, et bien entendu, d’une fraîcheur inégalable et sans aucuns pesticides!

Et encore d’autres arguments non-négligeables, c’est qu’aucun pétrole ne sera utilisé pour produire ou transporter des produits aquaponiques, et qu’ils seront toujours cueillis à maturité, s’ils poussent près de chez nous.

Sans avoir pu encore vous fournir des preuves scientifiques, je pense pouvoir rassurer ceux qui se posent des questions sur la qualité nutritionnelle des produits issus de l’aquaponie en leur disant ceci:

L’aquaponie reste une solution de choix pour les années à venir, car les légumes ou les fruits qui en sont issus contiennent la majeure partie des éléments nécessaires pour notre santé, si pas tous, et ils en contiennent au moins autant et même peut-être plus que ceux produits par l’agriculture conventionnelle, même « bio » dans certains cas.