Archives du mot-clé tout le monde

Introduction à l’Aquaculture avec la Permaculture

L’aquaponie découle de techniques déjà utilisées depuis longtemps pour nous nourrir.

Voici une brève introduction à l’aquaculture, un domaine d’activité plus large mais qui mérite qu’on s’y attarde un peu avant de vous lancer dans de grands projets et transformations dans le but de produire votre nourriture.

Si vous avez un jardin, simplement ajouter un petit plan d’eau, une mare, ou un étang va nettement améliorer le lieu car cela va attirer de nombreux bienfaits: insectes, plantes mellifères, biodiversité stimulée, engrais verts pour le sol, inertie thermique, épuration de l’eau, etc.

La liste des avantages est longue!

C’est ce dont je vais vous parler dans cette vidéo ci-dessous:

 


Vous pouvez cliquer sur la photo ci-contre pour voir le tableau en grand.Tableau Introduction à l'Aquaculture

Le seul fait que le rendement de l’aquaculture est de 5 à 30 fois supérieur mérite qu’on s’y attarde un peu.

L’aquaculture combinée avec les techniques et les principes de la permaculture, cela devient un mélange extraordinaire de création de vie, de fertilité et d’abondance naturelle!

Et maintenant, avec l’aquaponie, tout le monde peut pratiquer un peu d’aquaculture chez soi pour produire plus avec moins de travail, même dans de petits espaces et même si vous n’avez pas de jardin!

La suite de cette rapide introduction à l’aquaculture avec la permaculture…

Dans la 2ème partie, je parle de la faune et de la flore avec l’aquaculture et la permaculture, c’est-à-dire les animaux et les végétaux qui peuvent s’installer dans un système en aquaculture et nous apporter des avantages intéressants pour nous aider à combler nos besoins.

Dans la 3ème partie, je parle un peu plus des poissons dans un système d’aquaculture naturelle.

N’hésitez pas à ajouter vos réactions dans les commentaires!

 

L’aquaponie en petits formats

L’aquaponie en petits formats, est-ce vraiment possible?
C’est ce que nous allons voir dans cet article.

C’est une question qui nous a été posée plusieurs fois, alors prenons le temps d’en parler un peu, vu que ce sujet en interpelle quelques-uns parmi vous, chers lectrices/lecteurs. 🙂

Beaucoup imaginent un petit système dans la maison

En effet, un modèle de système aquaponique réduit pourrait peut-être sembler sympa au premier abord, pour mettre dans sa cuisine avec un aquarium par exemple…SAMSUNG CAMERA PICTURES

Il suffirait alors de tendre le bras pour cueillir herbes et aromatiques pour assaisonner nos petits plats.

Mais hélas, pour maintenir l’équilibre d’un mini-système aquaponique, cela peut devenir très difficile…surtout pour cela soit rentable et vraiment efficace…

Les inconvénients d’un mini-système aquaponique:

Il y a plusieurs inconvénients majeurs pour arriver à créer et maintenir l’équilibre d’un système aquaponique de petite taille à l’intérieur…

Manque de lumière pour l’aquaponie à l’intérieur:

A l’intérieur d’une pièce de maison, à moins d’avoir de grandes baies vitrées, une ouverture dans le toit, ou une véranda, le premier risque est de manquer de lumière.

Souvent, avec seulement une fenêtre, les plantes ne poussent pas harmonieusement, elles filent et tendent à pousser vers la source de lumière, ce qui n’est pas idéal…

Il est bien entendu toujours possible d’ajouter une lumière artificielle, mais cela en vaut-il bien la peine et surtout le coût pour seulement quelques herbes…

C’est à évaluer en fonction de vos besoins, mais j’aurai donc tendance à toujours conseiller une surface de culture assez grande pour que cela en vaille le coût.

Difficile de doser un mini-système aquaponique

Un système aquaponique miniature va demander des dosages encore plus minutieux qu’avec un système de 500L par exemple.

Pour maintenir l’équilibre, et offrir aux plantes tout ce dont elles ont besoin, il est nécessaire d’ajouter différentes substances naturelles bien précises de temps à autre, et il faut pouvoir les doser.

Si on ajoute trop de l’une ou d’une autre, les poissons risquent de ne pas apprécier, de tomber malades et même de mourir.

Je n’ai donc pas dit que c’était impossible d’avoir un mini-système aquaponique dans votre salon ou votre cuisine, mais vous devrez alors être très minutieux dans les dosages, avec des micro-dosettes, et il ne faudra pas vous tromper!

Les aquariophiles pourraient donc très bien remplacer leurs filtres d’aquariums par des bio-filtres avec du substrat et des plantes, car ils sont déjà habitués à travailler avec des dosages infimes.

Seulement des petits poissons dans un mini-système

C’est logique, dans un petit aquarium, vous ne pourrez pas mettre beaucoup de poissons, ni de trop gros poissons.

Ce sera donc quasiment impossible de produire du poisson comestible pour nous, cela dépend de la taille de l’aquarium.

Un petit système d’aquaponie est peu productif

Même au niveau de la production végétale, vous serez toujours limité par les petites surfaces proportionnelles au volume d’eau de votre mini-bassin.
Vous pourrez alors en effet produire une ou 2 salades et des herbes aromatiques, mais vous ne pourrez pas compter sur cette production pour vous alimenter complètement.

Autant de travail que pour un grand système

Un autre point à prendre en compte, c’est que vous aurez quasiment autant de travail d’entretien pour un petit système que pour un grand.
Cela ne prend pas beaucoup de temps, mais quand même un petit peu tous les jours, 5 minutes maximum, pour donner à manger aux poissons (même si cela peut être automatisé), pour vérifier si tout fonctionne bien, pour nettoyer un filtre ou l’autre, pour les tests de l’eau, pour les compléments etc…

Quand je dis que l’aquaponie, c’est simple, c’est vrai; car si on compare avec du jardinage traditionnel, il n’y a pas photo…
Mais c’est quand même une liste de petites choses à ne pas oublier pour maintenir un équilibre et cela demande un petit investissement personnel.

Mais alors, qu’entend-on par « petit format » aquaponique?

A partir de combien de litres serait-il considéré comme petit?
Il n’y a pas vraiment de limites définies, mais plus le système sera grand, plus il sera stable.

Une petite erreur dans un grand système ne causera pas toujours de grands problèmes à tous les coups, mais une toute petite erreur dans un plus petit système causera toujours des dégâts dramatiques!

C’est donc déjà beaucoup plus simple et moins risqué d’entretenir un système de 300L qu’un mini-écosystème de 20L! Mais un système de 3000L sera encore plus stable qu’un système de 1000L d’eau.

Petits systèmes aquaponiques à construire chez vous

Vous pouvez imiter notre exemple qui vous démontre comment transformer un aquarium avec l’aquaponie pour peu d’investissements.

Mais nous avons aussi fait la connaissance d’un excellent projet associatif qui tente aussi de rendre accessible au plus grand nombre l’aquaponie.

Et David Verlinden, l’initiateur de ce projet AQUAPONIA ASBL, a mis au point un petit BIBAsystème que tout le monde peut construire lui-même chez soi avec une majeure partie de matériaux recyclés, donc très économique au final.

Si vous êtes intéressé(e), je vous invite à aller voir tout de suite de quoi il s’agit sur cette page: Système BIBA

Je vous invite aussi à soutenir ce projet avec un don, surtout si vous utilisez ce dossier, sachant qu’en finançant des projets qui vous rendent un réel service, cela pourra certainement leur permettre d’offrir encore plus de meilleurs services, pour être en mesure d’aider encore plus de personnes à améliorer leur quotidien.

Conclusion

C’est à vous de voir!

C’est donc tout à fait possible de mettre en place un système aquaponique miniature, mais ce n’est justement pas par ce modèle qu’un débutant en aquaponie devrait commencer, ce serait dangereux pour les poissons!

Cela dépend aussi de vos besoins.

Si vous ne désirez absolument pas produire vos légumes, mais que vous voulez juste avoir quelques herbes fraîches tous les jours chez vous, alors un petit système pourrait très bien vous convenir, mais avec tous les risques cités plus hauts.

Si vous désirez rapidement réduire votre ticket de caisse à la sortie du magasin chaque semaine, je vous conseille vivement d’envisager un système beaucoup plus grand qu’un simple aquarium!

Il faut compter un minimum de 3 à 6m2 de surfaces cultivables pour nourrir une personne toute l’année en légumes (selon la quantité de végétaux consommés par cette personne), et avec quelques fruits.
C’est logique, il faudrait encore beaucoup plus s’il s’agissait d’un potager en pleine terre!

Pour ceux qui veulent démarrer une production pour se nourrir, je conseille alors de démarrer un projet petit à petit, et le prévoir de manière à pouvoir l’agrandir dès que vous aurez vécu votre premier saison d’expériences aquaponiques.

Il vaut donc mieux ne pas commencer trop grand tout de suite non plus. Vous ferez certainement des erreurs au début, certainement beaucoup moins si vous avez un bon guide…

Juste une dernière idée avant de finir…
Vous pouvez aussi utiliser du thé de lombricompost pour remplacer la fertilisation par les poissons, surtout au début de l’installation du système, cela pourrait être une solution pour ne pas sacrifier la vie de pauvres petits poissons innocents.

J’espère donc avoir répondu à toutes les questions à propos des petits formats aquaponiques.

C’est donc un peu plus délicat mais pas impossible.
A vos risques et périls…

Utilisez les commentaires pour poser vos questions ou partager avec nous vos remarques!

Si vous n’êtes pas encore abonné(e) pour recevoir toutes les leçons de notre newsletter éducative, déposez vos infos dans le formulaire ci-dessous!

Où Pouvons-Nous Vous Envoyer Votre Série de Leçons Sur L’Aquaponie Gratuitement?

Vos données resteront confidentielles, vous ne recevrez aucun spam et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

L’aquaponie, Pythagore et le siphon-cloche automatique

L’aquaponie et le siphon-cloche automatique reposent sur un principe datant d’avant Jésus-Christ, et c’est au génie de Pythagore que nous la devons!

Lorsque l’on se penche sur une installation aquaponique utilisant des cycles alternés de remplissage et drainage, on se confronte rapidement au système qui permet d’obtenir ce flux et reflux dans le bac de culture.

Généralement, pour éviter tout risque d’enrayement, les aquaponistes évitent des systèmes utilisant de la mécanique, pour s’orienter vers des systèmes basés sur de la physique pure.

Le système adopté en aquaponie est un autosiphon (siphon-cloche automatique), qui s’enclenche donc automatiquement lorsque le niveau atteint son maximum pour se couper lorsqu’il est au plus bas.

Il en existe de différentes compositions mais qui reposent tous sur le même principe physique. Si ça vous intéresse d’en fabriquer un et de pratiquer l’aquaponie, nous avons réalisé un PDF de formation ainsi que des vidéos et articles de formation sur l’aquaponie.

Les différences pièces d'un siphon cloche automatique utilisé en Aquaponie.
Pièces d’un siphon cloche automatique

Celui que l’on rencontre le plus souvent sur les installations aquaponiques, est le siphon cloche. Le siphon est souvent vu comme une curiosité, il peut s’avérer délicat à appréhender par son apparente complexité. Et pour cause, c’est à Pythagore que l’on doit la mise en évidence du principe physique avec la Coupe de Pythagore. Pour plus de simplicité, vous pouvez directement vous procurez un siphon cloche tout fait!

La coupe de Pythagore, source Wikipédia

« Une coupe de Pythagore ou coupe de Tantale est un verre qui force son utilisateur à le remplir avec modération. Attribué à Pythagore, ce verre permet à l’utilisateur de le remplir jusqu’à un certain niveau. Si l’utilisateur remplit le verre jusqu’à ce niveau, il peut boire normalement, s’il le remplit au-dessus de ce niveau, la coupe déverse son contenu par le bas. » Source: Wikipedia

Coupe de Pythagore, source Wikipédia

Cliquez sur le bouton de la page 2 pour voir la suite…

La qualité nutritionnelle des produits issus de l’aquaponie

Quand on a déjà entendu parler de la pauvre teneur en nutriments des légumes cultivés en agriculture conventionnelle, on peut aussi s’interroger sur la qualité nutritionnelle des produits issus de l’aquaponie.

En plus, l’aquaponie pourrait vite être, à tort, assimilée à l’hydroponie, qui est une technique dont est issue l’aquaponie, mais qui n’utilise principalement que des produits fertilisants d’origine chimique.

Il faut savoir quoi comparer avec quoi…

Avec l’aquaponie, si l’aquaponiste s’occupe de son petit écosystème avec soin (en donnant uniquement de la nourriture vivante ou de qualité naturelle, biologique et garantie sans OGM), les plantes ne seront alors nourries qu’avec des éléments biologiques provenant de

poisson & legumes d'aquaponie

la nourriture, des compléments nutritionnels (extraits d’algues composés d’une multitude de micro-nutriments…), et des déjections des vers de terre qui se nourrissent des restes végétaux dans les bacs de cultures.

Si nous devions comparer la qualité nutritionnelle d’un légume issu de l’aquaponie avec un légume issu du marché conventionnel voire même « Bio », la différence en quantité de nutriments doit être quasi nulle, car il faut savoir que la majorité des sols exploités actuellement par l’agriculture sont quasi morts, vidés de leurs substances, et ne donnent que des légumes pauvrement chargés en micro-nutriments.

Il est vrai que les fruits et légumes cultivés il y a des décennies étaient beaucoup plus riches en vitamines et minéraux que les variétés d’aujourd’hui.

Le principal responsable dans cette tendance à la baisse inquiétante, c’est l’appauvrissement des sols: les méthodes agricoles intensives modernes ont dépouillé les sols de toute forme de vie ainsi que les micro-nutriments normalement présents dans un sol vivant.

Malheureusement, chaque génération de légume est de moins en moins bonne nutritivement, d’année en année.

La qualité des aliments aquaponiquesAu moins, avec l’aquaponie, nous sommes certains de connaître les produits utilisés pour produire notre nourriture…et sa qualité restera constante, sans appauvrir le sol et sans avoir recours à des produits chimiques toxiques pour toutes formes de vies.

Et les légumes « aquaponiques » ont bon goût, je peux même vous garantir qu’ils ont plus de goût que la plupart des légumes issus de l’hydroponie, comme les tomates, ou certaines fraises du commerce . Celles issues de l’aquaponie goûtent le goût original du fruit!

Mais si on faisait une analyse comparative de légumes provenant d’un jardin vivant, en pleine terre, avec un sol « accompagné » avec les techniques de la permaculture par exemple, ces légumes seraient certainement beaucoup plus chargés en micro-nutriments que ceux issus de l’aquaponie…

Certains me diront alors que ce n’est peut-être pas l’idéal de cultiver avec l’aquaponie…

Mais cette qualité nutritive est extrêment rare de nos jours, mais possible avec les techniques respectueuses du vivant, et c’est pour cela que j’invite toujours tout le monde à auto-produire un maximum de nourriture dans son jardin et autour de chez soi quand on a la chance d’avoir la place…

Et si vous n’avez que peu d’espaces disponibles pour faire un potager, en ville, la qualité nutritionnelle des végétaux issus de l’aquaponie sera un excellent compromis pour produire plus, plus vite, plus facilement, et avec moins de surfaces qu’un jardin en terre. On peut imaginer des cultures verticales pour gagner un maximum de surfaces cultivables.

assiette de legumes Et ces produits seront au moins aussi bons, si pas meilleurs encore, que ceux que vous pourriez acheter dans votre supermarché ou épicier habituel, et bien entendu, d’une fraîcheur inégalable et sans aucuns pesticides!

Et encore d’autres arguments non-négligeables, c’est qu’aucun pétrole ne sera utilisé pour produire ou transporter des produits aquaponiques, et qu’ils seront toujours cueillis à maturité, s’ils poussent près de chez nous.

Sans avoir pu encore vous fournir des preuves scientifiques, je pense pouvoir rassurer ceux qui se posent des questions sur la qualité nutritionnelle des produits issus de l’aquaponie en leur disant ceci:

L’aquaponie reste une solution de choix pour les années à venir, car les légumes ou les fruits qui en sont issus contiennent la majeure partie des éléments nécessaires pour notre santé, si pas tous, et ils en contiennent au moins autant et même peut-être plus que ceux produits par l’agriculture conventionnelle, même « bio » dans certains cas.